Pour tout vous dire…

Les droits de l'homme s'arrêtent la ou commencent ceux des affaires

Le choix

Nous sommes trop souvent confrontés à des choix, trop souvent sommés de choisir parmi des « objets de choix » qui n’en sont pas vraiment. Il est des choix que nous sommes obligés de faire, d’autre que nous sommes obligés de subir. Il est des choix que nous faisons avec plaisir, il en est d’autres qui nous déplaisent mais que nous faisons quand même. Il y a des vrais choix et il y a des faux choix.

Etymologiquement, le verbe choisir veut dire : adopter par préférence ; sélectionner ; élire.

Pour pouvoir choisir, il faut avoir le choix, la possibilité de choisir parmi un ensemble de choses, de solutions, sans être embarrassé, en toute liberté, en toute connaissance de cause. Le choix est donc le résultat d’une décision fondée sur des critères émotionnels, matériels, rationnels, etc.il a pour but de donner satisfaction à celui qui l’effectue.

Sur le plan pratique, la notion de choix sous-entend la multiplicité, la clarté, le libre arbitre.

Partant de là, il paraît totalement ridicule de proposer à un individu de faire un choix si tous les objets qu’on lui propose sont identiques, ou ne correspondent en aucun cas à ses préférences. Nous sommes souvent confrontés à ce type de choix dans les grandes surfaces qui nous proposent des kilomètres de rayon de marchandises, par exemple de lessive, toutes identiques dans leurs composants, différentes uniquement par l’emballage. Néanmoins, le consommateur conserve la possibilité d’acheter de ne pas acheter.

Il est également totalement ridicule, voire même irrespectueux, de proposer à un individu de faire un choix sans qu’ils connaissent les caractéristiques de « l’objet » qu’on lui demande de choisir. En cela, nos grandes surfaces ont bien compris qu’elles ne pourraient écouler leurs marchandises qu’en nous donnant un minimum d’informations sur leur composition ou leur usage. Dans ce cas également le consommateur reste libre de son choix.

Le choix contraint est de toutes les offres de choix, celui qui respecte le moins le libre arbitre de l’individu. Il consiste à établir au préalable chez le sujet qu’une décision a été prise (et ne saurait être remise en question), que cette décision produit des effets pour l’individu, et que parmi ces effets, inéluctablement un choix doit être fait. Il est ce vers quoi tendent de nombreux publicitaire. Nous présenter un produit comme le meilleur, celui que le plus grand nombre a choisi, celui qui fait mieux que les autres, c’est vouloir nous masquer la multiplicité et de nous donner que des informations anecdotiques sur le produit lui-même. C’est également nous faire croire que le plus grand nombre a toujours raison.

Que le choix contraint soit une pratique de plus en plus répandue en matière de commerce, de grande distribution, ne me gêne que très modérément, à titre personnel, dans la mesure où je suis suffisamment aguerrie pour continuer à user de mon libre arbitre en matière de choix de consommation.

Que le choix contraint soit une pratique couramment utilisée au sein des entreprises, me dérange déjà un peu plus. Nous verrons dans quelque temps, à l’occasion de la privatisation de pans entiers du secteur public, une mise en pratique du choix contraint et des effets déstabilisants qu’il peut produire sur les salariés. Car le choix qui va leur être proposé, alors qu’ils n’ont rien demandé, touche fondamentalement leur statut de fonctionnaire. Intégrant, contraint et forcé des structures dans lesquelles les salariés sont régis par le code du travail, soit ils optent pour le maintien de leur statut de fonctionnaire et se privent alors de toute possibilité de carrière, soit ils abandonnent leur statut de fonctionnaire et perde la stabilité qui en découle. Quel que soit leur choix, ils sont perdants, leur contrat initial est bafoué. Un peu comme si, en entrant dans une grande surface, vous soyez dans l’obligation, sans qu’on vous en avertisse, d’en ressortir avec un achat.

 Mais que ce type de choix devienne la loi dans le domaine politique, cela m’est insupportable. C’est d’ailleurs pour ça que je suis fondamentalement opposée au bipartisme. Le bipartisme ne représente pas la multiplicité des possibilités de choix qui sont offertes à l’électeur en matière de partis politiques.

Et c’est pour ça également que je suis scandalisée par ce qui se passe actuellement au Mouvement Démocrate, à l’occasion de l’élection du conseil national. J’entends de trop nombreux témoignages d’amis qui signalent que dans telle ou telle ville, département, région, tout est fait pour qu’une seule liste soit présentée à l’élection des délégués au conseil national. Bien entendu, cette liste n’est constituée que d’anciens élus de l’UDF. Tout est fait pour que les nouveaux adhérents ne puissent constituer de liste. Ce procédé est antidémocratique. Il est une atteinte à la liberté de choix des individus. Il contraint le choix, le vote, en réduisant la possibilité de sélectionner, de faire valoir sa préférence. Alors je sais bien que certains au sein de ce même parti, et parfois dans les plus hautes instances, ne voient pas la nécessité d’instaurer des pratiques démocratiques dans le fonctionnement du parti, et pensent que cela n’entache en rien la volonté affichée de défendre la démocratie dans notre pays. Certes, il n’est en rien nécessaire à un bon commercial de consommer et d’apprécier le produit qu’il vente ! Néanmoins, le sujet politique va bien au-delà que le paquet de lessives.et il me semble que pour être un bon représentant, un bon défenseur de la démocratie, il faut au préalable, et dans chaque acte de sa vie, adopter et pratiquer les principes qu’elle sous-tend, en particulier : respect du pluralisme, de la représentativité, du choix des citoyens. Ce n’est qu’à cette condition qu’on peut être crédible, ce n’est qu’à cette condition qu’on peut vous faire confiance lorsque vous parlez de démocratie. Un parti politique, tout comme une nation, n’est en rien une machine à gagner, une armée disciplinée et obéissant aux ordres des chefs. Un parti politique qui veut faire de la politique autrement se doit de mettre en pratique en son sein les principes qu’il entend défendre. Si tel n’est pas le cas, il est un parti comme les autres, conçu pour promouvoir un petit nombre de personnes à des postes institutionnelles qu’ils se garderont bien de laisser vacants.

Je ne le redirais jamais assez, le seul fonctionnement démocratique qui puisse être instauré en politique, à notre époque, est celui qu’ont adopté les fédérations helvétiques. En dehors de ce modèle, point de salut pour la démocratie. Inutile de faire référence à Tocqueville ou autres grands penseurs d’il y a deux siècles, qui ne voyaient la démocratie qu’à travers le prisme de leurs réflexions, de leurs craintes. Cette vision est dépassée. Deux siècles de gouvernement civil ont démontré à quel point le pouvoir, s’il n’est pas solidement contrôlé, pouvait corrompre même les plus sincères. Deux siècles de gouvernement civil ont totalement déresponsabilisé les citoyens, leur laissant croire que tout pouvait être décidé par un petit nombre. A tel point que nous en sommes à nous demander où est la différence entre la monarchie et la république ! Nous avons trop laissé à un petit nombre d’entre nous la possibilité de faire tout et n’importe quoi au plus grand préjudice de l’ensemble. Il est temps que cela cesse. C’est tout à fait possible sans grande révolution. J’ai cru un instant que le Mouvement Démocrate pourrait être le parti politique qui permettrait à notre pays d’effectuer ce changement de cap. Je suis bien obligée de constater qu’à l’heure actuelle, il n’en prend pas le chemin. La conviction de son leader, si elle est sincère, allié au tout petit nombre d’adhérents et d’élus qui la partagent, ne sera malheureusement pas suffisante pour faire évoluer la grande masse de ceux qui veulent, au mieux, faire émerger une démocratie « Louis-philipparde ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Mon twitter

Archives

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 3 580 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :