Pour tout vous dire…

Les droits de l'homme s'arrêtent la ou commencent ceux des affaires

La défiance des électeurs

Il est extrêmement instructif de lire les résultats des enquêtes menées pas le CEVIPOF, avant les dernières élections présidentielles (Résultats que les leaders politiques ont certainement eut entre les mains et qui expliquent, en partie, leurs stratégies électorales).

Avant de prendre connaissance de ces études et pour bien comprendre l’ampleur des informations qu’on y trouve, il faut avoir en tête que la population en âge de voter (+ de 18 ans) est constituée de 44,5 millions de Français, dont 820.000 vivant à l’étranger ( chiffres du Ministère de l’Intérieur).

Deux chiffres clefs de la première vague du Baromètre politique français attestent de l’ampleur de la défiance et de la contestation qui règnent au sein de l’électorat :

  • invitées à se situer sur l’échelle gauche/droite, 37% des personnes interrogées ne se classent « ni à gauche, ni à droite ».
  • concernant leur confiance dans la droite ou dans la gauche pour gouverner le pays, 69% des interviewés du printemps 2006 déclarent ne faire confiance ni à l’une, ni à l’autre.

« Les électeurs défiants ou « hors système » constituent presque trois quarts du corps électoral. Cette crise de confiance touche, là aussi, tous les milieux sociaux et toutes les familles politiques». in : Baromètre Politique Français (2006-2007) CEVIPOF-Ministère de l’Intérieur. http://www.cevipof.msh-paris.fr/bpf/barometre/bar0.htm

L’observation et l’analyse des enquêtes du CEVIFOP corroborent les analyses de P.Rosanvallon,*qui va plus loin dans l’analyses puisqu’il cherche à cerner les causes de l’érosion de la confiance des citoyens :

« Rosanvallon part du constat paradoxal que si l’idéal démocratique règne sans partage, les régimes qui s’en réclament sont cependant vivement critiqués car il y a une érosion de la confiance des citoyens dans leurs dirigeants. Alors que les interprétations traditionnelles de cette érosion mêlent individualisme croissant, repli sur la sphère privée, déclin de la volonté politique et élites coupées du peuple, Pierre Rosanvallon souhaite ouvrir l’analyse en proposant une étude de la dynamique des réactions de la société face aux dysfonctionnements originels des régimes représentatifs. »

P.Rosanvallon s’oppose au « mythe du citoyen passif » car s’il y a un déclin de la démocratie d’élection, d’autres formes non conventionnelles de participation politique se sont développées. En examinant les moyens non institutionnels, mis en place par les citoyens pour exercer un contrôle des dérives des élus, il développe le concept de « contre-démocratie…Le problème est plutôt celui de l’impolitique (défaut d’appréhension globale des problèmes liés à l’organisation d’un monde commun).

«Cette contre-démocratie n’est pas le contraire de la démocratie … C’est la démocratie de la défiance organisée face à la démocratie de la légitimité électorale… La souveraineté du peuple se manifeste effectivement ainsi de plus en plus comme une puissance de refus, que ce soit dans l’expression électorale périodique ou dans les réactions permanentes aux décisions des gouvernants. Une nouvelle démocratie de rejet s’est de la sorte superposée à l’originelle démocratie de projet…Le problème contemporain n’est pas celui de la passivité, mais de l’impolitique, c’est-à-dire du défaut d’appréhension globale des problèmes liés à l’organisation d’un monde commun… Gouverner, signifie d’abord rendre le monde intelligible, donner des outils d’analyse et d’interprétation qui permettent aux citoyens de se diriger et d’agir efficacement. Il y a là une dimension fondamentalement cognitive du politique qui doit être fortement soulignée : il s’agit de produire la cité en l’aidant à se représenter, de la mettre en permanence face à ses responsabilités, de lui permettre d’affronter lucidement les problèmes qu’elle doit résoudre. »

P.Rosanvallon défend l’idée qu’il faut inventer de nouvelles institutions citoyennes politiques qui permettent l’émanation du débat, de la réflexion animées par le désir d’échanges. En ce sens, un exemple de ce qui se pratique dans ce domaine nous est donnée par Werner sur son site !

Les Jury citoyens de Berlin

« Comment insérer les citoyens dans le débat politique, assurer une chance égale d’accès aux charges publiques ? Comment réduire les critères comme l’âge, le sexe, le niveau scolaire ou le niveau social et faciliter la rotation des fonctions ?

Il y a un moyen qui gagnerait d’être connu, c’est le recours au tirage au sort. Le principe, c’est la présomption de compétence des citoyens.

Exemple concret : Plusieurs millions d’euros ont été mis à la disposition des habitants de différents quartiers de la capitale allemande. L’argent et les projets sont gérés par des « jurys citoyens », composés pour une bonne moitié de personnes tirées au sort sur la liste des résidents et de citoyens organisés ou actifs dans leur quartier.

Ce système a permis de faire un pas vers la participation des citoyens « ordinaires » et associatifs dans la vie politique. Tout a été fait pour assurer une participation et une influence égale ces citoyens, souvent dotés de compétences rhétoriques moindres. Comment ça marche ?…La suite chez Werner http://wernerb.free.fr/?p=632#more-632 »

 

* Pierre Rosanvallon, La Contre-Démocratie. La politique à l’âge de la défiance (Seuil, 2006),

A voire prochainement l’entretien avec P.Rosanvallon, dans l’émission « le temps de penser » http://www.lcpan.fr/emission.asp?id=216314&emission=pierre%5Frosanvallon%5F07%2D12%2D2007%5F216606

Publicités

Classé dans:Culture politique, Politique, , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Mon twitter

Archives

%d blogueurs aiment cette page :