Pour tout vous dire…

Les droits de l'homme s'arrêtent la ou commencent ceux des affaires

De la méthode pour traiter la crise financière.

Ce qui est particulièrement frappant, depuis trois semaines la crise financière est déclarée, c’est d’observer le manque absolu de méthode dont font preuves les hommes et femmes politiques qui ont en charge d’y mettre un terme.

Ils s’agitent, gesticulent, partent dans de grandes envolées lyriques, essayent telle ou telle « potion magique » à vertu thérapeutique, sans pour autant que « l’état du malade » ne semble s’améliorer.

Les «médecins » de la crise donnent l’impression d’être totalement démuni, incompétents, ce qui, naturellement inquiète fortement le malade.

Ont-ils fait un diagnostic ? De quoi souffre le malade ? Quelles sont les protocoles de soin qui seront utilisés ?

Nous n’en savons, rien, on ne nous en parle pas.

A entendre de George Bush, Nicolas Sarkozy, François Fillon, et tant d’autres, il semble qu’il soit acquis que la crise est liée uniquement à un problème psychologique : la confiance.

Les voilà donc qui nous assènent, à longueur de journée et dans tous les médias, des propos qui se veulent rassurants, qui le sont pendant quelques secondes, mais ne dure guère plus longtemps.

Un peu comme si notre médecin, alors que nous avons reconnu en nous, tous les symptômes d’une thrombose, nous tapotait la main en nous affirmant : « faites moi confiance », sans rien entreprendre en termes de diagnostic et de soins ! Aucun d’entre nous ne laisserait longtemps sa vie entre les mains d’un tel médecin.

Le traitement que nos dirigeants appliquent à la crise financière et économique ne semblent être que du ressort du traitement des symptômes les plus visibles, et non fondé sur un diagnostic précis de la crise elle-même. Ils font courir à tous le monde, en agissant ainsi, le risque de voir la crise s’amplifier, les symptômes se multiplier, l’état du malade s’aggraver considérablement.

On comprend alors la réaction du député apparenté communiste Jean-Pierre Brard, qui demande la fermeture des bourses « durant une semaine au moins pour calmer le jeu et que les instances politiques reprennent la main en dehors de la pression des marchés ». (1)

Son réflexe est le même que celui d’un urgentiste qui voyant l’État d’un « grand traumatisé » s’aggraver, le plongent dans un coma artificiel afin de pouvoir procéder à un diagnostic complet et de permettre à l’organisme de se remettre du choc qu’il a reçu, dans le calme et la sérénité.

Pendant ce coma, on assurera la circulation sanguine par des dérivations afin que les fonctions vitales continuent, que le cerveau soit oxygéné. Un check up complet de tout l’organisme permettra de poser des diagnostics pertinents et chaque spécialiste procèdera aux soins réparateurs lorsqu’ils sont possibles ! C’est la seule méthode qui me paraît devoir donner des résultats positifs.

Mais pour réagir de la sorte, encore faut-il sortir du postulat que les symptômes ne sont pas uniquement liés à une pathologie du psychisme.

Les symptômes, nous les connaissons.

Les traders, les boursier, le disent eux même, l’argent ne circule plus, les banques ne se prêtent plus entre elles…ça bloque. La circulation de l’argent ne se fait plus !

Pour prendre une image médicale, je dirais que la fluidité du système est bloquée par un caillot. C’est ennuyeux car l’ensemble du système n’est plus irrigué correctement ! À terme, on risque la paralysie de tous le corps économique et financier.

Lorsque le premier ministre britannique Gordon Brown appelle ses partenaires du G7 à garantir les prêts interbancaires, il ne garantit pas la fluidité du système.il assure simplement qu’il y aura du sang en quantité suffisante pour alimenter le système. (2)

François Fillon, devant le parlement, aujourd’hui, fait exactement la même chose. (3)

En gardant l’analogie entre le système financier et le système sanguin, on peut considérer que les décisions, prises aujourd’hui, de se regrouper pour injecter des liquidités dans le système, pour diminuer les taux d’intérêt des prêts des banques centrales correspondraient à créer une « banque du sang » qui permettrait d’alimenter le corps malade en sang frais, et dans une quantité mesurée. Or, ce dernier ne souffre pas d’une hémorragie… Il souffre d’un blocage dans une de ces veines !

Seule la BCE tente de faire office de dérivation…mais ) quel prix pour le malade et avec quels risques pour les gens sains !

On ne dit pas comment on fera disparaître le caillot qui bloque le système.

En injectant de plus en plus de liquide dans cette veine obstruée, on risque de détacher le caillot et de lui permettre de bloquer totalement la circulation. Belle thrombose en perspective !

Nul doute qu’alors le malade, qui n’est pas tout à fait inconscient des risques qu’il court, ait de sérieuses raisons de s’inquiéter des soins que le médecin veut lui appliquer !

Sources :

  1. http://www.lemonde.fr/la-crise-financiere/article/2008/10/08/la-bourse-de-paris-plonge-au-plus-bas-depuis-quatre-ans_1104310_1101386.html#ens_id=1089411
  2. http://www.lemonde.fr/la-crise-financiere/article/2008/10/08/vers-une-garantie-d-etat-des-dettes-interbancaires_1104663_1101386.html#ens_id=1089411
  3. http://www.lemonde.fr/la-crise-financiere/article/2008/10/08/francois-fillon-reitere-l-appui-de-l-etat-aux-banques_1104668_1101386.html
Publicités

Classé dans:Politique, , ,

One Response

  1. David C. dit :

    Pour faire face à la crise financière internationale:

    Faites appel à Cheminade!!!

    Depuis 1995, Jacques Cheminade l’avait dit!!! Aujourd’hui Jacques Cheminade propose ses solutions!!!

    Vite demander un VRAI nouveau Bretton woods!!!

    David C.
    http://david.cabas.over-blog.fr/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Mon twitter

Archives

%d blogueurs aiment cette page :