Pour tout vous dire…

Les droits de l'homme s'arrêtent la ou commencent ceux des affaires

Plan d’action ou « salmigondis de couleuvres » ?

Il me semble que la déclaration que s’apprête à faire Nicolas Sarkozy, à l’issue du conseil extraordinaire des ministres qui aura lieu cet après-midi, risque d’être intéressante. En effet, il est de notoriété publique, c’est le Président Nicolas Sarkozy qui nous avait donné la garantie, que les caisses de l’État français sont vides. Rien, pas un kopeck, pas un francs, pas un euro, pas un dollar ! C’est pour cette raison que de nombreuses mesures antisociales ont due être prises, la mort dans l’âme, par notre gouvernement et sa majorité parlementaire.

Nicolas Sarkozy va donc devoir se livrer à des contorsions sémantiques extraordinaires (et peut être comiques pour les amateurs) pour nous faire accepter des mesures financières dont le but est d’empêcher les banques importantes de faire faillite. S’il veut que les « couleuvres passent », il doit parvenir à nous convaincre de dépenser, en notre nom et en prenant dans nos poches ou livret A, des milliards d’euros sans pour autant répondre aux questions suivantes :

  • Où va-t-il trouver l’argent pour racheter une partie du capital de ces banques et/ou leur prêter des liquidités.
  • Comment va-t-il se débrouiller pour trouver aussi vite de l’argent frais, à quel taux, dans quel but, avec quelles garanties ?
  • Quel impact REEL, positif ou négatif, cette mesure de renflouement d’une branche financière pourrie, prête à se détacher de l’arbre, aura-t-elle sur le budget national, l’économie nationale, l’emploi ?
  • Pourquoi toutes les réunions internationales qui ont eu lieu la semaine dernière n’ont elles eu pour but que d’organiser des transferts de fonds des caisses des états vers celle de certaines banques ?
  • Alors que les tenants du monopole financier, et par conséquent économique, se sont montrés ces deux dernières années incapables de tenir correctement, honnêtement, réglementairement, le rôle que les états leur avaient confié dans les accords sur la déréglementation, pourquoi les pays du G7 choisissent-ils dans un premier temps de maintenir le système qui leur a permis de se comporter ainsi ?
  • Pourquoi les pays du G7 n’ont-ils pas choisi, à l’occasion de cette crise financière, de revenir sur le choix idéologique et politique de l’ultra libéralisme qui ne mène, somme toute, qu’à un transfert des monopoles d’État vers des monopoles privés, n’est pas générateur d’investissements dans l’entreprenariat et dans l’emploi ?
  • Pourquoi les pays du G7 continuent ils à faire confiance à des banques qu’ils ne se font pas confiance entre elles ? Elles sont tout de même les mieux placés pour connaître la situation financière réelle des unes et des autres.
  • Quel est le montant de la commission touchée par Merrill Lynch, qui a conseillé le gouvernement français dans le dossier Dexia ? Quels autres prestataires de services affiliés à certaines banques ou entreprises financières ont bénéficié de commission pour « aider les pouvoirs publics à sortir les établissements de crédit de l’ornière » ?
  • Enfin, dans tous ce qui nous a été présenté comme des plans d’action, qui ne sont en fait que des déclarations d’intention, je n’ai vu aucunes mesures anticipatives concernant la préservation des économies nationales, du système de production, de l’emploi. Les gouvernants du G7 pensent-ils vraiment que leurs déclarations d’intention vont suffire à éviter que la crise systémique s’enraye du jour au lendemain ?

Je sais bien qu’il ne faut pas rêver et que Nicolas Sarkozy n’apportera aucune réponse étayée à ces questions et qu’il va se contenter de nous asséner le plan d’action détaillé de l’État français, comme parole divine.

Il faut donc nous préparer, une fois de plus, à avaler des couleuvres.

Nous seront d’ailleurs bien les seuls à le faire, car dans les milieux boursiers, on ne se nourrit pas de plan d’action aussi imprécis que celui qui nous a été présenté dimanche, à l’issue de la réunion de l’Eurogroupe. Les traders, les investisseurs, et autres financiers de se nourrissent que de chiffres et ne se sentent rassurer que par eux !

Alors toute cette agitation, ces faux plans d’actions, leur vrai but ?

Faire en sorte que nous ne précipitions pas tous aux guichets des banques pour retirer l’argent de nos comptes ? Laisser faire en donnant l’impression qu’on fait quelque chose pour enrayer les choses tout en laissant du temps au plus gros de manger les plus petits, les moins armés à résister à un manque de liquidité ? Donner un coup d’accélérateur a l’acquisition de monopoles géants tant financiers qu’économiques, par un tout petit groupe d’acquéreurs triés sur le volet ?

Advertisements

Classé dans:Politique, , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Mon twitter

Archives

%d blogueurs aiment cette page :