Pour tout vous dire…

Les droits de l'homme s'arrêtent la ou commencent ceux des affaires

Et c’est reparti pour un tour !

Aujourd’hui, les assistés ou capricieux ou déséquilibrés ou maitres chanteurs (rayez le qualificatif de votre choix) du monde financier nous refont le coup du « j’ai pas confiance » !

Comme on peut le lire dans le journal le Monde :

« Les investisseurs restaient très inquiets quant à la répercussion de la crise financière sur les résultats des entreprises, redoutant une récession de grande ampleur. »

« L’euro est passé sous 1,30 dollar, soit une perte de plus de 20 % depuis son sommet historique de 1,60 dollar le 15 juillet. »

« 49 sociétés américaines qui ont fourni des prévisions entre lundi soir et mardi, 45 % étaient négatives, 30 % conformes aux attentes, 21 % mitigées, selon un recensement du site d’informations financières Briefing.com. »

Cette fois ci c’est l’annonce de mauvais résultats des entreprises qui leur donne la fièvre !

Ben voyons ! A force de boursicoter, certains ne se rendent plus compte qu’ils ont entre les mains la santé financière de milliers d’entreprises, le présent et l’avenir de milliards d’individus. Ou peut être qu’ils s’en rendent compte et que ça leur donne un sentiment de puissance inégalable…bref de grands et dangereux déséquilibrés !

La cupidité de certains n’ayant pas été sanctionnée, l’irresponsabilité règne toujours en maitre sur les marchés. Les spéculateurs sont toujours au travail !

Les effets d’annonce de nos dirigeants, à part de permettre aux banques de leurs pays de masquer leurs erreurs de management, d’investissement, leurs mensonges, n’ont aucun effet sur cette grande nerveuse cynique qu’est la « caste des financiers » !

Il est grand temps de la dessaisir du ce pouvoir de nuisance extraordinaire qu’une succession de décisions politiques leur a laissé entre les mains depuis des décennies !

Ce n’est pas 1, ni 2, ni 10 sommets qui sont nécessaires, c’est une décision chirurgicale, rapide et sans ambigüité !

Ce n’est pas en cherchant les causes apparentes qu’on résoudra le problème, mais en sortant du cercle vicieux qui en cas de crise boursière entraine les entreprises dans la faillite et les personnes vers le chômage.

Une partie de ce cercle vicieux est lié au mode de vie « à crédit » des personnes et des entreprises. Mettre en place des mesures qui permettent à ce mode de vie de perdurer est criminel pour l’avenir immédiat et lointain.

L’heure n’est pas à « pondre » des mesures visant à pousser ceux qui ne sont pas dangereusement endettés à l’être davantage ! L’heure et à la « mise à l’abri » contre les prédateurs !

Advertisements

Classé dans:Politique, , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Mon twitter

Archives

%d blogueurs aiment cette page :