Pour tout vous dire…

Les droits de l'homme s'arrêtent la ou commencent ceux des affaires

Arche de Zoé, mise en examen

L’association L’Arche de Zoé a été mise en examen, en tant que personne morale, notamment pour « escroquerie », « aide au séjour irrégulier de mineurs étrangers en France », « exercice illégal de l’activité d’intermédiaire en vue d’adoption », vendredi 29 mai, de source judiciaire .

Convoqué par les juges en charge de l’affaire le président de L’Arche de Zoé, Eric Breteau, c’est vu notifié la mise en examen, de son association . Il a du répondre en outre, de l’accusation de deux ex-bénévoles de l’Arche de Zoé qui lui reprochent de les avoir trompés en ne les ayant pas avertis des réelles modalités de l’opération au Tchad.

Le président de L’Arche de Zoé dit « avoir fait une demande d’acte auprès des juges pour qu’ils entendent le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, et la secrétaire d’Etat aux droits de l’Homme, Rama Yade, au vu de «pièces diplomatiques troublantes apparues dans le dossier». »

Eric Breteau et sa compagne, Emilie Lelouch, qui a également été entendue hier, sont déjà personnellement mis en examen pour les mêmes motifs.

Le 25 octobre 2007, Eric Breteau, sa compagne,quatre autres membres de l’association l’Arche de Zoé, l’équipage de l’avion qui devaient transporter les enfants et l’équipe de l’Arche de Zoé, ainsi que trois journalistes, avaient été arrêtés à Abéché au Tchad alors qu’ils s’apprêtaient à transférer les 103 enfants en avion vers la France.

L’annonce de Nicolas Sarkozy , le mardi 6 novembre 2007, de son intention d’aller « chercher tous ceux qui restent, quoi qu’ils aient fait », ajoutant que »le rôle du chef de l’Etat est de prendre en charge tous les Français » n’avait permis que de rapatrier quatre hôtesses de l’air espagnoles et trois journalistes français (Marc Garmirian de l’Agence Capa, Jean-Daniel Guillou de Syncro X et Marie-Agnès Peleran de France 3), le président Idriss Déby Itno insistant pour que la justice se fasse « au Tchad » estimant qu’il n’était « pas question pour le moment » d’extrader les six Français.

Condamnés au Tchad, rapatriés en France les six Français avaient vu, après leur rapatriement , leur peine convertie à 8 ans de prison par la justice française. Le président tchadien les a graciés en mars 2008.

A cette époque, le nom du frère cadet du président de la république à été évoqué dans cette affaire. L’Arche de Zoé aurait été très liée aux laboratoires et fondations de recherches médicales fondamentales.

Aujourd’hui encore, Eric Breteau maintient que l’opération n’était pas une opération illégale d’adoption. «Il s’agissait d’une évacuation d’urgence d’enfants victimes de la guerre au Darfour et de leur accueil bénévole en France ».

Sources:

Le Monde

Le Parisien

Le Figaro

Publicités

Classé dans:Politique, politique internationale, , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Mon twitter

Archives

%d blogueurs aiment cette page :