Pour tout vous dire…

Les droits de l'homme s'arrêtent la ou commencent ceux des affaires

L’allégorie du Vercors… de la Résistance à l’invasion….

Alors qu’un déplacement de M. le président de la république en province sur les thèmes du soutien à l’agriculture et de l’avenir des territoires ruraux était inscrit sur l’agenda su Président de la République

Agenda sarko 12-11-2009

Nicolas Sarkozy a surpris tout le monde, y compris probablement le millier de personnes venues l’écouter, en entreprenant un très long discours sur le débat sur l’identité nationale.

Pendant près de quarante-trois minutes, Nicolas Sarkozy s’est livré à une véritable "ode à la France" pour soutenir une allégorie de l’invasion!!!!!

Un mot «France» qu’il a répété quarante fois, d’après le journal le Figaro. Une ode à la France au cours de laquelle ont résonné de très nombreuse fois les mots «fierté», «honneur», «patrie» et «famille»

L’inspiration est probablement venue, n’en doutons pas de La-Chapelle-en-Vercors, haut lieu de la résistance pendant la seconde guerre mondiale,commune charmante dans lequel se déroulait le discours présidentiel . (entre nous, et malgré mon grand respect pour mes oncles et tantes résistants dans le Vercors, ce que j’aime à la Chapelle-en-Vercors c’est le Génépi… et Jean, mais c’est une autre histoire !)

Nul doute, à mon avis, compte tenu du premier tiers du discours, que le choix de la Chapelle en Vercors ne soit pas tout à fait neutre. La résistance à l’invasion, les exploits, les sacrifices des résistants et des habitants du Vercors, de la France, mis en avant pendant tout le premier tiers du discours, servent d’arguments, de valorisation aux deux tiers restants, à savoir la nécessité d’un débat sur l’identité nationale, la nécessité de sacrifices au nom de la Nation.

Personnellement je suis scandalisée par l’utilisation, le détournement, que Nicolas Sarkozy fait de l’histoire de la Résistance lors de la dernière guerre mondiale. Résistance à laquelle nous devons nos plus importants acquis sociaux, ceux là même que N.Sarkozy et la majorité présidentielle n’ont de cesse, depuis mai 2007, de "liquider" un peu plus chaque jour au nom de leur idéologie libérale!

  • scandalisée qu’il fasse insidieusement le rapprochement entre l’invasion allemande et l’invasion des extrémistes "C’est avec cette politique de l’autruche qu’on laisse le champ libre à tous les extrémismes."

De quelques extrémistes parle-t-il ? Des libéraux, ceux qui sacrifient quotidiennement le présent et l’avenir des citoyens français sur l’autel de leurs profits multinationaux?

  • scandalisée par le fait qu’il ait réaffirmé que"A force d’abandon, nous avons fini par ne plus savoir très bien qui nous étions. A force de cultiver la haine de soi, nous avons fermé les portes de l’avenir. On ne bâtit rien sur la haine de soi, sur la haine des siens et sur la détestation de son propre pays".

De quel abandon parle-t-il ? Qui a abandonné ? N’est-ce pas ce qui "bavent d’admiration" devant tout ce que font les États-Unis et qui ne rêvaient que d’une chose : importer en France leur culture, leurs produits,leur langue, leur mode de gouvernement, leur régime présidentiel… ?

Cultiver la haine de soi? Il n’y a aucune haine de soi chez les français, bien au contraire! La majorité présidentielle le sait parfaitement et en a joue amplement avec la méthode du "diviser pour mieux régner", du "monter les uns contre les autres" pour mieux imposer ses réformes…Tout ceci n’est basée que sur le grand amour que chaque français se porte à lui même,c’est à cela que l’UMP doit d’être au pouvoir !

  • scandalisée par l’utilisation, à des fins de propagande et de culpabilisation honteuses, du système social que chaque personne qui travaille en France (de nationalité française ou pas) contribue à financer sur l’argent provenant de son travail"vouloir bénéficier de la Sécurité sociale sans jamais se demander ce que l’on peut faire pour son pays" ou "vouloir bénéficier des allocations chômage sans se sentir moralement obligé de tout faire pour retrouver du travail". "On ne peut pas vouloir profiter de la gratuité des études qui est l’une des plus belles conquêtes de la République et ne pas être assidu aux cours, ne pas témoigner de la considération pour ses professeurs, ne pas respecter les bâtiments qui vous accueillent",

Que veut-il de plus ? n’est-ce pas déjà amplement suffisant que nous financions sur nos propres deniers notre système de santé, malgré les impôts faramineux que nous versons à l’État pour son fonctionnement? Faudrait-il encore, après cela, après notre travail, après notre consommation, que nous fassions encore plus ? Faudrait-il, prendre en otage les salariés de pôle emploi, où les employeurs potentiels, pour retrouver du travail, afin d’être considéré comme "moralement bon citoyen"? Faudrait-il que nous acceptions de payer la contribution sociale généralisée, qui contribue à alimenter les caisses d’allocations chômage, et renoncions à bénéficier des mêmes allocations quand nous sommes licenciés par les amis de M. Sarkozy décidant de faire plaisir à leurs actionnaires et de détruire ainsi des emplois ?

Contrairement à ce qu’affirme N.Sarkozy, Sécurité sociale et allocations chômage ne sont pas les avantages de la République. Ce sont les résultats, durement acquis, parfois en sacrifiant leurs vies, par les ouvriers, travailleurs et Résistant français, que d’autres français entendaient bien exploiter le plus possible!

  • scandalisée d’entendre le président de la République Française, République laïque, une et indivisible, vanter les mérites de la chrétienté: "Il n’y a pas un libre penseur qui ne se sente au fond de lui héritier de la chrétienté, qui a laissé tant de traces."

Il est exact, M. Sarkozy que la France "est un pays où, constitutionnellement, il n’y a pas de place pour la confusion du spirituel et du temporel" Comme vous l’avez si bien dit "On est français parce qu’on ne se reconnaît pas dans une race, qu’on ne se laisse pas enfermer dans une origine ou dans une religion» Vous devriez vous en souvenir dans votre prochain discours et dans vos actes!

  • scandalisée , enfin, de constater, qu’à nouveau, le président de la république utilise les deniers de l’État au prétexte d’un déplacement officiel pour ne faire qu’un discours de campagne électorale. "En baisse dans les sondages et confronté à une remontée du Front national dans les enquêtes d’opinion, Sarkozy a décidé de renouer avec les fondamentaux de la droite. Il y a deux semaines, lors d’un déplacement dans le Jura, le président avait remis l’identité nationale au centre de son discours. Lundi, en visite à Thionville, François Fillon a repris le triptyque «Sécurité-immigration-identité nationale». Jeudi, le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux a tenu une conférence de presse consacrée à la sécurité." note le Figaro

Alors non:

Je n’aime pas qu’on traite d’un noble sujet d’une façon honteuse, opportuniste, faite de poncifs poussiéreux et nauséabonds tels que « travail, patrie, famille» qui nous rappelle un "travail-amour-patrie" de sinistre mémoire.

Je n’aime pas ce discours dans lequel on nous présente des acquis sociaux comme des avantages négociables, comme une aumône que la République ferait à ses citoyens. La République, c’est NOUS TOUS!

Je n’aime pas ce discours ou l’évocation de l’invasion allemande, fait écho à l’invasion des extrémistes ( religieux ?) et sonne comme l’annonce du guerre à venir très prochainement…pour laquelle le sentiment national devait être absolument et urgement ravivé.

Je n’aime pas que la personne qui au début de son mandat n’avait comme seule idée de nous imposer le modèle d’un autre pays, vienne avec insistance nous dire ce qu’est être un «bon» ou un «mauvais» français. "Qu’est-ce qu’un mauvais français" ne semble l’issue fatale de ce débat qu’on veut nous imposer.

Je n’aime pas du tout ce débat, qu’on nous dit nécessaire, sans nous le démontrer. Ce débat qui, alors qu’il est du ressort de la Nation tout entière, est de bout en bout (du thème de débat, en passant par l’animation, par le questionnaire, par la synthèse) entre les mains du pouvoir exécutif. Que ce débat soit nécessaire à la majorité présidentielle, politiquement, électoralement, est une chose, mais de la confondre l’intérêt de la nation avec celui de l’UMP, il y a de la marge!

Je n’aime pas du tout qu’on dépense nos deniers en priorisant un débat qui somme toute, compte tenu de la situation actuelle de millions de Français, ne présente aucun caractère prioritaire pour la nation.

Si réellement le gouvernement cherchait à connaître le sentiment, l’opinion, les idées et les suggestions des Français, que n’a-t-il lancé un débat sur le statut de la Poste,sur les vrais problèmes tels que l’emploi, la baisse du pouvoir d’achat, le bouclier fiscal, l’avenir des retraites, le retour de la France dans l’OTAN, le respect des principes démocratiques, la lutte contre les inégalités croissantes,la montée du chômage… l’intégrité politique tient, pourquoi pas ?

A l’heure de nombreuses familles françaises se demandent comment conserver leur travail et le revenu qu’il leur procure, comment payer leurs impôts, comment maintenir leur couverture sociale, comment garder ou donner une certaine dignité, un avenir ou parfois même deux repas par jour à leurs enfants, l’acharnement du gouvernement à faire diversion sur un sujet à des années-lumière des préoccupations quotidiennes des Français est totalement indécent.

Bien sûr, de tels sujets sont beaucoup moins "nobles" et ils présentent les énormes inconvénients, pour le gouvernement, de lui mettre le nez sur son incompétence à gérer le pays au mieux des intérêts de ses habitants, d’aborder les vrais sujets qui minent les Français …

Sources : Le Monde.fr ; Site de la Présidence de la république ; Le Figaro ; Libération

Publicités

Classé dans:Comprendre, Des hommes et des femmes, Politique, , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Mon twitter

Archives

%d blogueurs aiment cette page :