Pour tout vous dire…

Les droits de l'homme s'arrêtent la ou commencent ceux des affaires

La guerre, une simple question d’arguments?

Il semblerait que la question du déclenchement de l’invasion de l’Irak par les troupes américano-britaniques, en février 2003, se résume , pour Tony Blair, alors premier ministre de Grande-Bretagne , à une simple question d’arguments.

C’est ce qui découle de sa déclaration lors d’une émission diffusée par le BBC, ce dimanche 13 décembre 2009.

Tony Blair était convaincu, bien avant février 2003, après des discussions privées avec George Bush sur le «changement de régime» en Irak. " qu’il serait allé à la guerre, même s’il savait que l’Irak n’avait pas d’armes de destruction massive" parce qu’il aurait "continué à penser "qu’il était juste de le renverser…Évidemment, nous aurions employé et développé des arguments différents quant à la nature de la menace"

C’est donc l’intime conviction de Tony Blair qui a prévalu pour déclencher cette guerre, au mépris des avertissement permanents de Lord Goldsmith,avocat général et sommité en matière de droit constitutionnel anglais. Lord Goldsmith a, entre juillet 2002 et début 2003, formellement averti le premier ministre et son cabinet de guerre, que "déposer Saddam Hussein par la force constituerait une violation du droit international car l ‘intervention militaire, au motif de la légitime défense ne s’appliquait que si le Royaume-Uni était sous menace imminente de l’Irak, que l’intervention humanitaire n’était pas pertinente et que les précédentes résolutions des Nations Unies sur Saddam Hussein n’engageaient que l’ONU et uniquement l’ONU.

Mais Tony Blair savait aussi parfaitement , après un sondage de mars 2003, que si il voulait l’appui de l’opinion de son pays et un vote favorable du Parlement, il devait obtenir le feu vert de l’ONU et prouver que l’Irak possédait des armes de destruction massive opérationnelle. En effet le sondage de mars 2003, était clair: Pour 74 % des Britanniques une invasion de l’Irak ne se justifiait qu’avec le feu vert de l’ONU et en ayant la preuve de la présence d’armes de destruction massive en Irak. Sans cela, seuls 26 % des sondés approuvaient une invasion sans conditions!

Qu’à cela ne tienne, en mars 2003, Tony Blair avait engagé son pays dans la guerre en Irak, en affirmant que Saddam Hussein disposait d’armes de destruction massive qu’il pouvait déployer "en 45 minutes".Pourtant, il savait, comme l’a déclaré à la BBC John Prescott, ex adjoint de Tony Blair, que " toutes les agences de renseignements de l’époque pensait que l’Irak ne possédait des armes de destruction massive". Comme le souligne le magazine Le Point, "Aucune arme de ce type n’a été trouvée et il s’est avéré que la mention des "45 minutes", malgré une source douteuse, avait été ajoutée in extremis afin de "muscler" un rapport des services de renseignement britanniques. "

Tony Blair va, à présent, être confronté à d’importants problèmes juridiques, si l’on en croit le Professeur Philippe Sands, QC, directeur du Centre des cours et tribunaux internationaux à l’University College de Londres, et membre du bureau juridique Cherie Blair’s Matrix.

Un des problèmes juridiques immédiats pour M. Blair va être sa comparution au début de l’année prochaine devant la commission Chilcot (qui a commencé son travail d’investigations et d’auditions mardi 8 décembre) chargée de faire la lumière sur le rôle de la Grande-Bretagne dans la guerre en Irak et plus particulièrement sur des suspicions de manipulation des renseignements.

Depuis mardi, les révélations abondent.

Jeudi, nous révèle Radio Canada, Christopher Meyer, l’ancien ambassadeur de la Grande-Bretagne aux États-Unis, a déclaré que Tony Blair aurait été convaincu en avril 2002, lors d’un séjour dans son ranch de Crawford, au Texas. par l’ex-président américain George W. Bush, de la nécessité de renverser Saddam Hussein

William Ehrman, un haut fonctionnaire britannique, a fait référence à un rapport que Londres avait reçu 10 jours avant le début de l’invasion. M. Ehrman affirme que le rapport indiquait « que les armes chimiques et biologiques avaient été démantelées et que Saddam Hussein n’avait pas encore ordonné qu’elles soient rassemblées » et qu’« il ne disposerait peut-être pas des munitions pour les disperser efficacement ».

Certains parlementaires, comme Richard Ottoway et Sir Menzies Campbell, affirment que leur vote aurait été différent si on leur avait présenté la "vérité sans fards" et qu’ils n’auraient certainement pas voté l’invasion de l’Irak, si on les avait averti que ce pays ne possédait aucune arme de destruction massive opérationnelle"

En outre, Giovanni di Stefano, l’actuel conseil italien de l’ancien ministre irakien des Affaires étrangères Tarek Aziz, a adressé à l’Attorney General, principal conseiller juridique du gouvernement britannique, une "demande de consentement pour poursuivre" enversTony Blair. TM° di Stefano considère que Tony Blair a "enfreint la Convention de Genève de 1957" en engageant son pays dans une guerre "non justifiée par une nécessité militaire et menée de manière illégale et gratuite". Il estime que les déclarations de Tony Blair à la BBC "confirment que la véritable motivation pour attaquer l’Irak était d’en changer le régime et non pas ce que (Tony Blair) a déclaré à l’électorat" .

Avis de tempête , donc pour Tony Blair et on ne peut que se réjouir qu’il n’ait pas été désigné comme président de l’Europe! On peut même espérer que, dans la foulée, son "mentor" G.W.Bush, soit à son tour inquiété pour cette invasion de l’Irak et de tant d’autres pays justifiée par des preuves quelque peu "fabriquées de toute pièce" et des arguments qui au final ne servent que de "cache sexe" …on peut rêver, non?

Sources: BBC ; Herald Scotland ; Le Point ; Radio Canada

Publicités

Classé dans:Comprendre, Des hommes et des femmes, Politique, , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Mon twitter

Archives

%d blogueurs aiment cette page :