Pour tout vous dire…

Les droits de l'homme s'arrêtent la ou commencent ceux des affaires

Michèle Alliot-Marie va-t-elle déclarer la guerre au Mexique pour nous faire oublier son voyage en Tunisie?

il fallait bien qu’ après ces pitoyables explications sur ses vacances de Noël en Tunisie, Michèle Alliot-Marie redore son blason. Quoi de mieux qu’une "vertueuse indignation" sur ce que le gouvernement nous présente, depuis le début de l’affaire, comme une injustice ?

Saisissant l’occasion qui lui était offerte par le rejet du pourvoi en cassation de Florence Cassez, par la justice mexicaine, notre ministre des affaires étrangères s’est livrée à une très lourde charge conte la nation mexicaine, au travers de sa Justice,sur France2 , sans se rendre compte que tous les arguments qu’elle avançait pour étayer sa critique pouvaient parfaitement se retourner contre elle, lorsqu’elle était ministre de la justice, contre le gouvernement français et contre le président actuel de la république .

C’est ainsi que Mme Alliot-Marie, ancien ministre de la défense (7 mai 2002 – 18 mai 2007), ancien ministre de l’intérieur (18 mai 2007 – 23 juin 2009), ancien garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés ( 23 juin 2009 – 13 novembre 2010), a prétendu :

"Je suis choquée, c’est un véritable déni de justice",

qualifiant la décision du juge mexicain de "décision inique" . Puis elle n’a pas hésité à accuser les autorités judiciaires mexicaines de "montage policier".

C’est sur qu’en matière de montage policier, Michèle Alliot-Marie est, en quelque sorte, une experte. N’était-elle pas responsable, en tant que ministre de l’Intérieur, puis de ministre de la Justice, de l’enquête approximative qui a valu à Julien Coupat une mise en examen, et un long emprisonnement, pour “direction d’une entreprise terroriste et destruction en réunion à visée terroriste” ?

N’est-ce pas elle qui déclarait que les services de l’antiterrorisme avaient démantelé un groupuscule violent de "l’ultra-gauche"  ,  alors même que, nous l’avons découvert par la suite, rien dans l’enquête policière et encore moins dans les auditions de témoins, ne permettait de prétendre de telles choses ?

Mais notre "inconsciente Ministre", décidément prête à tout pour ce « racheter une vertu » , y compris au ridicule, n’a pas hésité – elle qui gravite dans l’orbite de Nicolas Sarkozy depuis plus d’une dizaine d’années, sans jamais s’élever contre ses propos envers Ivan Colonna  ou Dominique de Villepin – à critiquer la justice mexicaine, prétendant qu’elle est coupable de "violation de la présomption d’innocence",et que la condamnation de Florence Cassez n’avait pas été précédée d’une "‘enquête véritable".

Absence d’enquête véritable, c’est très précisément ce que l’on reproche à l’enquête sur le groupe de Tarnac. Enquête menée par un service de police, sous la tutelle de Michèle Alliot-Marie alors ministre de l’intérieur, qui ne s’était pas caché qu’elle suivait de très près cette enquête.  Absence d’enquête véritable également dans l’enquête maudite concernant d’Yvan Colonna.

Qu’à cela ne tienne, la ministre des affaires étrangères, continuant sa charge contre la justice mexicaine, croyant certainement noircir un peu plus le tableau, s’est indigné d’une "mise à l’écart des témoins présentés par la défense". Elle aurait mieux fait de se taire car là aussi, elle est très mal placée pour critiquer qui que ce soit. En effet, nous sommes nombreux à nous souvenir que dans l’affaire Colonna, le témoignage, en novembre 2007, de Marie-Ange C. n’a absolument pas été pris en compte alors:

  • qu’elle est un témoin direct de l’assassinat du préfet Érignac
  • qu’elle a été capable de faire une description physique de l’assassin du préfet,
  • qu’elle n’a pas reconnu Ivan Colonna comme l’assassin du préfet Érignac, lors d’une identification les observe, les dévisage.

Soulignons également que dans la même affaire, le témoignage de Didier Vinolas , ancien secrétaire général de la préfecture d’Ajaccio, du temps où Claude Érignac était en poste, a été rejeté par la juridiction spéciale chargée de juger Yvan Colonna, empêchant ainsi un "complément au supplément d’information" qui n’aurait certainement pas nuit à l’éclatement de la Vérité… Sauf si on ne voulait pas qu’elle éclate.

Probablement victime d’une perte de mémoire soudaine, notre ministre voyageuse, surfant sur la défense de Florence Cassez, a également critiqué la "prise en compte de témoignages à charge malgré leurs incohérences" .

Là aussi, elle a perdu une occasion de se taire. Car nul n’ignore désormais que le principal témoin à charge, dans” l’affaire des sabotages SNCF” qu’on  impute à Julien Coupat, est, selon le site internet Mediapart,  «réputé pour sa mythomanie. Il a d’ailleurs été condamné récemment par un tribunal de province pour "dénonciation d’infractions imaginaires"».

Terminant son plaidoyer médiatique, “à vertu écran de fumée”, sur l’affaire Cassez, Michèle Alliot-Marie a prétendu qu’il y avait eu des "actes d’intimidation". Toutes les personnes qui de près ou de loin ont fréquenté ou approché Julien Coupat, ou tous les habitants de Tarnac, ont dû sourire en l’entendant. Car en matière d’actes d’intimidation, je me suis laissée dire que les services sous tutelle de Michèle Alliot-Marie ne s’étaient pas montrés radins.

Alors, bien entendu, dans le genre "grand singe qui se tapent sur la poitrine pour montrer qu’il est le plus fort",  la ministre des affaires étrangères s’est empressé de convoquer l’ambassadeur du Mexique à Paris à fin de le tancer vertement et de protester contre le rejet du pourvoi en cassation de Florence Cassez.

Il semble que la “grosse colère” de Michèle Alliot-Marie n’ait eu aucun effet sur le représentant de l’État souverain du Mexique, qui s’est empressé de répondre, à l’occasion d’un communiqué :

"Le ministère des affaires étrangères du Mexique déplore les déclarations de Mme Michèle Alliot-Marie au sujet du jugement rendu hier …Florence Cassez a utilisé tous les moyens de défense que la législation mexicaine met à la disposition de n’importe quelle personne accusée au Mexique…".

Et pour appuyer propos de l’ambassadeur, le ministre mexicain des affaires étrangères a souligné que " Florence Cassez a toujours été représentée par ses avocats, en plus d’avoir bénéficié de l’assistance consulaire de l’ambassade de France au Mexique. Dans ces conditions, le ministère réfute l’affirmation d’un déni de justice", tout en suggérant "respectueusement à la ministre française d’analyser attentivement les termes du jugement".

Voilà une façon fort élégante de rappeler à Mme Alliot-Marie qu’elle n’a en aucun cas à tenir les propos qu’elle a tenus et qu’il est de son devoir de respecter les institutions des pays étrangers, reconnus par les instances Internationales comme des nations indépendantes, souveraines, des démocraties respectueuses des droits de l’homme et du citoyen.

Est-ce bien le rôle de Michèle Alliot-Marie, de juger une décision de justice d’un pays souverain, démocratique, qui n’a nul besoin des lumières françaises pour savoir ce que droits de l’homme, justice, équité, veulent dire ?

Mme Alliot-Marie et le gouvernement auquel elle collabore, semblent beaucoup plus tolérant lorsqu’il s’agit de faire l’apologie de dirigeants qui, sans se cacher, autorise la torture, l’emprisonnement arbitraire…

Les représentants de la nation mexicaine se sont montrés très tolérants et ont fait preuve d’un soucis de la Démocratie et de la diplomatie qui semble cruellement manquer à notre ministre des affaires étrangères qui porte des accusations dont ils seraient en droit de s’offenser amplement…

Sources : Le NouvelObs; Le Monde ; Arrêt sur Images;

Le Parisien; L’Express; Libération; Le Point

 

Publicités

Classé dans:Comprendre, Culture politique, Des hommes et des femmes, Gouvernement, Politique, politique internationale, , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Mon twitter

Archives

%d blogueurs aiment cette page :