Pour tout vous dire…

Les droits de l'homme s'arrêtent la ou commencent ceux des affaires

Jack Lang, s’immisce dans la campagne de la primaire socialiste. A quel titre?

Jack Lang n’a pas aimé les propos de Ségolène Royal concernant François Hollande et Martine Aubry que le journal le Figaro rapporte, en faisant croire que c’est au cours d’un entretien que la candidate à la primaire socialiste aurait accordé au Figaro (verbatim: “ assure Ségolène Royal au Figaro”. ).

Outre le fait que Ségolène Royal n’a pas accordé d’interview officielle au Figaro  et que, par conséquent, les propos rapportés ne peuvent être que des propos tenus en privé, hors du cadre de la campagne électorale, je trouve particulièrement déplacé que Jack Lang se permette de stigmatiser les propos attribués à Ségolène Royal.

D’abord parce qu’il me semble que le PS s’est doté d’une "Haute Autorité" – composée de trois membres (Jean-Pierre Mignard, Catherine Barbaroux et Rémy Pautrat) – chargée du bon déroulement de la primaire, dont J/Lang ne fait pas parti .  A quel titre Jack Lang  vient-il se positionner en juge arbitre des propos tenus (ou prétendument tenus) par Ségolène Royal en particulier?

Si telle est son ambition, autant qu’il fasse le travail correctement. Ce qui semble à ce jour n’être pas le cas :

En effet, pas plus tard que mercredi soir, à Toulouse, Martine Aubry ne s’est pas privée de mener une charge violente contre François Hollande et son indécision légendaire !

Et ça n’était pas la première fois.
Le 28 août, abordant la maire de Lille est néanmoins candidate à la primaire socialiste ne cachait pas son profond regret de l’inertie de son prédécesseur à la tête du PS concernant la fédération des Bouches-du-Rhône.

Puisque Jack Lang semble à court de sujets qui lui permettent d’exposer son bronzage et son brushing – immuable et impeccable- devant les caméras, je lui signale également qu’il pourrait englober dans son “indignation” les propos d’Arnaud Montebourg concernant le laxisme de Martine Aubry envers Jean Noël Gerini

Il peut également rappeler à l’ordre  André Vallini qui a estimé que ces attaques étaient "un aveu d’irritation, d’exaspération" et, en quelque sorte une réaction de mauvais perdants…

Comme on peut le constater au travers de ces quelques exemples, et n’en déplaise aux médias et politiciens qui aimeraient bien, comme en 2007, nous faire croire que Ségolène Royal est une personne qui divise les socialistes, force est de constater qu’elle n’est pas la seule.

Il faut être un peu benêt ou totalement fanatisé pour penser ou croire que dans un parti politique de la taille du Parti Socialiste il n’y a aucune division, aucun courant, aucune différence entre les candidats à la primaire socialiste.

Il y a même une certaine malhonnêteté intellectuelle à ne clouer au pilori que les propos d’une candidate et à oublier que les autres candidats tiennent des propos tout aussi « critiquables ».

Je ne saurais donc trop conseiller à M. Lang et aux médias qui seraient tentés de jouer à ce petit jeu de se méfier des retombées que cela pourrait représenter pour eux. Il me semble qu’avant de se poser en parangon de vertu, ils seraient tous mieux avisés de vérifier leur source et de ne pas s’en prendre uniquement aux candidats qu’ils ne soutiennent pas.

Quant à M. Jack Lang, je comprends qu’il s’indigne ( lui-même n’ayant pas un palmarès extrêmement brillant politiquement)  qu’on puisse se demander d’un homme politique quel bilan concret de 30 années de mandats électifs il peut présenter. C’est une démarche on ne peut plus citoyenne et responsable que de le faire. Pour le paraphraser c’est une saine démarche puisqu’il n’y a « pas mort d’homme ».

Ceci dit, que l’interrogation provienne réellement de Ségolène Royal ou qu’elle soit issue du cerveau fécond d’un journaliste du Figaro, à bien y regarder effectivement il me paraît extrêmement difficile, et ce non seulement en ce qui concerne le bilan nul de François Hollande  mais celui de bon nombre de nos politiciens et politiciennes, de répondre à la question:

« Est-ce que les Français peuvent citer une seule chose qu’il aurait réalisée en trente ans de vie politique ? Une seule ? »

Pour ma part, et après avoir cherché désespérément toute la journée sur Internet, je n’ai trouvé aucun motif de satisfaction de l’action politique de François Hollande. Maintenir le PS pendant des années en état de mort chronique, réussir à prendre la tête du conseil général d’une région moribonde et ne pas donner à cette région une impulsion vivifiante n’est certes pas, à mes yeux, un bilan dont on pourrait se vanter. Ceci explique peut-être pourquoi Messieurs Lang et  Vallini préfèrent botter en touche et s’attaquer à Ségolène Royal plutôt qu’au bilan de François Hollande.

Sources : le Figaro ; Segorama ; le Monde; le Nouvel Obs ; L’Express; Le JDD; Ozap ; le Post ; le Parisien

Classé dans:Citoyens, Comprendre, Patrimoine national, Politique, Présidentielles 2012, , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Mon twitter

Archives

%d blogueurs aiment cette page :