Pour tout vous dire…

Les droits de l'homme s'arrêtent la ou commencent ceux des affaires

Il y a 220 ans, Robespierre était guillotiné.

il y a 220 ans, Robespierre était guillotiné.

Depuis certains historiens et gouvernants n’ont eu de cesse de salir sa mémoire, son oeuvre.

Et pourtant, nous devons à cette homme intègre, intelligent et francs, bon nombre de valeurs républicaines qu’il serait temps de remettre au goût du jour.

Pour avoir une autre version , une autre analyse de ce que fut et fit cette homme, je vous invite à écouter Henri Guillemin:

Henri Guillemin explique Robespierre et la révolution
française (1/2)


Et la suite ici :
Henri Guillemin explique Robespierre et la révolution
française (2/2)

Bonne écoute!

Publicités

Classé dans:Actions Politiques, Agir, Citoyens, Comprendre, Culture politique, Patrimoine national, , ,

Hollande veut faire disparaitre la République

Avec ces nouvelles méga régions, Hollande invente la décentralisation recentralisée

Le regroupement Obligatoire des communes en intercommunalité d’ici 2017 sonne le glas des communes!

Et le pire, le Peuple français ne sera pas consulté par référendum. Ce seront des parlementaires, qui pour la plupart président ou co-président les actuelles régions qui décideront! Le conflit d’intérêts et manifeste!

Nous devons manifester au plus vite, très nombreux notre volonté de Peuple Souverain de décider  de cetet réforme territoriale!

 

« Hollande, c’est Houdini ! Après avoir cherché à faire disparaitre la Gauche, le voilà qui, dans une interview à la presse quotidienne régionale à paraître mardi 3 juin, entend supprimer 101 départements et plus de 36.700 communes ! Mais tout n’est qu’illusion car le Président rejette par avance un possible échec sur les citoyens et les élus de la République qui ne voudraient pas s’y plier. Où quand un Président délégitimé veut enterrer la République pour mieux ressusciter. »

« Voilà donc les régions lancées dans le grand bain de la compétitivité et de la mise en concurrence à l’échelle européenne, la première des compétences qui leur est fixée étant d’ordre économique, celle-ci étant aussitôt complétée par l’emploi et la formation pour mieux promouvoir une vision adéquationniste du territoire en rupture avec l’émancipation comme projet humain quel que soit le lieu de vie. Petits états dans le grand, le président octroie pour ce faire aux régions l’ensemble des compétences en matière de transports et d’aménagement. Et comme de bien entendu des « moyens financiers propres et dynamiques ». Bref, et malgré le flou artistique savamment entretenu, les prémisses de l’autonomie et la certitude de la compétition intra-nationale vers le moins disant-fiscal et social. »

« Après avoir dépouillé la Nation de sa souveraineté en la transférant à Bruxelles comme en atteste l’honteux épisode des recommandations budgétaires aujourd’hui, après avoir brisé l’unité et l’indivisibilité de la République en gommant les départements de la carte de France, François Hollande s’attaque désormais aux communes. Le chant du merle flatteur ne doit pas nous tromper. Parce que les communes sont l’échelon premier où s’exerce la citoyenneté, elles doivent pour François Hollande être détruites. Et parce qu’il ne peut pas les faire disparaitre, il entend en faire des coquilles vides et transférer leurs attributions aux intercommunalités : « L’ensemble du territoire national est aujourd’hui couvert par des intercommunalités. Mais elles sont de taille différente et avec des moyens trop faibles pour porter des  projets. Ce processus d’intégration doit se poursuivre et s’amplifier.  C’est le sens de la réforme proposée. Les intercommunalités changeront d’échelle. Chacune d’entre elles devra regrouper au moins 20 000 habitants à partir du 1er janvier 2017, contre 5000  aujourd’hui.  […] L’intercommunalité deviendra donc, dans le respect de l’identité communale, la structure de proximité et d’efficacité de l’action locale ». On ne saurait être plus clair. »

La suite ici: Hollande veut faire disparaitre la République.

Classé dans:Agir, Citoyens, Comprendre, Culture politique, Gouvernement, Politique

Meeting de J.L.Mélenchon dans le cadre des élections européenne

Vendredi 16 Mai 2014, Meeting de J.L.Mélenchon

32 chemin de la Caminasse, Villenave d’Ornon .  

affiche meeting mélenchon

Venez nombreux, amis, pour partager ce grand moment d’éducation populaire et de citoyenneté que représente chaque meeting de J.L.Mélenchon!

Classé dans:Actions Politiques, Agir, Citoyens, Culture politique, Front de Gauche, Parti de Gauche, Politique, , , ,

Mélenchon malpoli, Mélenchon nazi

Mélenchon malpoli, Mélenchon nazi

« Depuis que Jean-Luc Mélenchon s’est imposé comme le leader à gauche de la gauche, la presse des catégories socio-professionnelles favorisées (CSP+) a développé une allergie viscérale à son encontre. Un processus sournois de diabolisation fait de Méluche le nouveau Le Pen.

Qu’est-ce que la démocratie? La courtoisie et le respect des bonnes manières. C’est du moins l’impression que peut donner la lecture des articles consacrés à Mélenchon qui, du Point à Libération en passant par Le Monde, dénoncent unanimement, non les positions politiques de l’élu, mais ses « colères », ses « insultes » et ses « intimidations ». La Constitution garantissant en principe le droit de professer des opinions qui s’écartent du consensus bruxellois, la critique ne porte jamais sur le fond. Mais comme chacun sait que la violence des totalitarismes se traduisait aussi par des brutalités ou des excès de langage, les mauvaises manières de Mélenchon sont dénoncées comme le signe le plus évident d’une « dérive fascisante ». CQFD. »

La Suite ici Mélenchon malpoli, Mélenchon nazi.

« Il s’agit d’un homme politique, en campagne électorale pour les prochaines élections européennes, et qui a parfaitement le droit de choisir quels journalistes il autorise ou non à accéder aux meetings ou réunions de campagne de son parti.

Par ailleurs, tous les partis le font, que ce soit dit ouvertement ou pas : certains journalistes recevront leur accréditation pour accéder à un évènement, et d’autres pas. Et ceci n’a absolument rien de nouveau, ni de scandaleux.
Il faut être bien naïf pour s’imaginer que la plupart des journalistes sont des « agents neutres » de la démocratie, dévoués corps et diners avec les membres du Siècle au « droit à l’information ». Les conflits d’intérêts sont permanents, et les enjeux importants. Dans ce contexte, il est évident qu’un homme ou parti politique peut juger utile ou nécessaire de refuser de coopérer avec certains journalistes. Comme les journalistes devraient juger utile et nécessaire de ne pas coopérer avec certains candidats ou partis »

 

Classé dans:Agir, Citoyens, Comprendre, Culture politique, Des hommes et des femmes, Front de Gauche, Médias, Mélenchon, Parti de Gauche, , , , ,

L’ EUROPE QUE NOUS VOULONS, Par ALEXIS TSIPRAS | SYRIZA PARIS / FRANCE

L’ EUROPE QUE NOUS VOULONS, Par ALEXIS TSIPRAS | SYRIZA PARIS / FRANCE

 »

La gauche européenne est la force politique fondamentale pour le changement en Europe.

– Nous soutenons la suppression immédiate des mémorandums et un redressement coordonné des économies des états membres.

– Nous voulons une Banque Centrale Européenne authentique, qui assumera un rôle de prêteur en dernier ressort, non seulement pour les banques, mais aussi pour les Etats.

– Nous soutenons que l’Europe a besoin de sa propre loi Glass-Steagall, en dressant une barrière entre les opérations des banques de dépôt et celles des banques d’investissement, afin d’éviter des opérations spéculatives à risque, liées à des entités bancaires incotrôlables.

–  Nous voulons une législation européenne concernant le contrôle fiscal des activités des sociétés offshore.

– Nous sommes aux premiers rangs de la lutte contre toute forme de corruption. Notre priorité est l’éradication de celle-ci dans le domaine des affaires, ainsi que le renforcement simultané des capacités des organismes de contrôle et de la résistance des peuples face à ce problème. Les fraudes des grandes sociétés représentent un coût économique et social immense, même pour les pays de leurs sièges sociaux.

– Nous soutenons des décisions collectives, crédibles, et d’une efficacité durable concernant la sortie de la crise de la dette européenne, avec l’organisation d’une conférence à l’instar de celle de Londres en 1953, pour le règlement de la dette allemande.

– Nous employons nos efforts pour faire reculer le fascisme et le nazisme en Europe et non pas la démocratie, contrairement aux politiques d’austérité.

viaL’ EUROPE QUE NOUS VOULONS, Par ALEXIS TSIPRAS | SYRIZA PARIS / FRANCE.

Classé dans:Agir, Citoyens, Comprendre, Culture politique, Europe, Front de Gauche, Mélenchon, Parti de Gauche, Politique, , , ,

Mon twitter

Archives

%d blogueurs aiment cette page :