Pour tout vous dire…

Les droits de l'homme s'arrêtent la ou commencent ceux des affaires

Indépendance et autonomie

 

Indépendances et autonomies sont des termes employés couramment pour désigner les qualités d’une personne, un groupe de personnes ou d’un État.

Indépendance :

Dans sa définition courante, le mot «indépendance» est utilisé pour caractériser l’état d’une personne de libre de toutes dépendance*.

On désigné ainsi la capacité de la personne à être souverain au plan des idées, des sentiments, de la motricité et des habitudes de vie.

Le terme d’indépendance est également utilisé en politique. Il caractérise la condition d’un État qui ne relève pas d’un d’un autre.

Parler d’indépendance, c’est parler et d’une « manière d’être » d’une personne ou d’une communauté.

En résumé, quelqu’un d’autonome est quelqu’un qui s’administre lui-même qui est libre, souverain. ,

Autonomie :

Etre autonome, c’est se passer de l’aide d’autrui. C’est avoir les possibilités physiques et mentales de se gouverner par ses propres moyens, de subvenir à ses besoins personnels.

En médecine l’autonomie porte plutôt sur les fonctionnalités du corps. En matière d’éducation, de pédagogie, d’apprentissage, l’autonomie porte sur les fonctionnalités corporelles et intellectuelles.

En politique, l’autonomie désigne la possibilité qu’un groupe, une communauté, ont de s’administrer librement. Cette possibilité leur est donnée par un pouvoir central, dans les limites d’une tutelle administrative ou constitutionnelle.

Parler d’autonomie, c’est parler d’une fonctionnalité acquise par une personne ou une communauté.

 

  • Dans l’absolu, ses deux synonymes correspondent à ce que devrait être de tout individu épanoui. Tout adulte devrait pouvoir être indépendant, autonome.
  • Dans la réalité, le quotidien de chacun d’entre vous, il en va tout autrement. Nous vivons en société.

Nous vivons dans un monde ou l’économie, sa doctrine, ses méthodes, règle notre vie.

Nous vivons dans un monde d’économie mondialisée.

Dans ce monde-là, la dépendance absolue est impossible, l’interdépendance est la loi.

Dans ce monde-là, l’autonomie de production (autarcie) est impossible, le marché est la règle.

Il me paraît intéressant de revenir sur ces concepts qui sont, ce me semble, des corollaires d’indépendance et autonomie.

Autarcie

En grec, autarcie signifie « qui se suffit à soi-même ».

Certains foyers peuvent choisir un mode de vie dans lequel ils produisent une grande partie de ce qu’ils consomment à fin de ne recourir que très peu au commerce.

C’est un concept économique. Vivant en autarcie, c’est autour produire la plus grande partie de ce qu’on a besoin de consommer. C’est réduire au strict minimum les importations, à fin de réduire le plus possible les dépenses importations. C’est vivre en économie fermée.

L’autarcie permet d’établir un équilibre économique intérieur.

C’est une situation idéale, idéalisée. Aucun État n’est parvenu durablement à établir un tel système.

De tout temps, les pays ne disposant pas sur leur sol de la plupart des matières premières, en quantité suffisante, ont dû ouvrir leurs frontières afin d’échanger certains de leurs produits avec ce que les autres pays.

Interdépendance :

L’interdépendance c’est l’état de choses ou de personnes, qui dépendent les unes des autres, lorsqu’elles sont en interaction.

Du constat d’interdépendance à découlé, au fil des siècles, les concepts moraux de solidarités, de charités.

On ne peut définir l’interdépendance sans définirent le mot interaction

L’interaction, dans le langage courant, signifie l’action ou l’influence réciproque qui peut s’établir entre deux objets ou plus. Une interaction est un échange entre deux entités. Une interaction est toujours suivie d’un ou plusieurs effets.

En économie, la dépendance économique concerne le fait de ne pas avoir ou d’avoir peu de revenus personnels (salaire, rente) et donc d’avoir besoin de dons d’argent réguliers de quelqu’un d’autre (parents, conjoint) pour pouvoir subvenir à ses besoins. Lorsque l’on a un salaire, on dit qu’on gagne sa vie et qu’on est indépendant.

« Le commerce international des biens est la première source d’interdépendances. Les échanges mondiaux augmentent, en moyenne, plus rapidement que le PIB depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, ce qui signifie qu’une part croissante de la production et de la croissance dépend, dans chaque pays, de la demande mondiale. Les économies sont donc soumises à tout ce qui peut modifier les conditions d’offre et de demande, les volumes et les prix sur les marchés mondiaux. Ces chocs commerciaux peuvent être provoqués par des évolutions économiques conjoncturelles (accélération ou ralentissement de la croissance) ou plus structurelles (évolution des coûts relatifs), ou par un changement des politiques économiques (dévaluation, modifications des barrières aux échanges).

Deux éléments déterminent, au niveau national, l’importance du canal commercial dans la transmission des chocs : l’ouverture et la spécialisation. »

In : Intégration internationale et interdépendances mondiales- Amina Lahrèche-Révil – Téléchargeable .

Pour illustrer les propos de Amina Lahrèche-Révil, on peut dire que :

Si les commerçants ne vendent plus, les entreprises ne fabriquent plus et on perdra doublement des emplois…

Il y a interdépendance entre commerce, production de biens et emplois.

Le déséquilibre d’un des tenants de l’interdépendance influe sur l’équilibre des autres points.

Il en va de même pour des interdépendances émotionnelles…

 

Après ce bref rappel de ces quatre concepts, on peut se demander si les discours qui défendent l’indépendance des médias, des partis et hommes politiques sont réalistes, ne font pas l’économie d’une analyse approfondie qui pourrait démontrer que ni médias, ni partis et hommes politiques ne sont indépendants et autonomes. Il est extrêmement difficile, pour chacun d’entre nous, à notre époque, d’être indépendant Pourquoi n’en serait-il pas de même pour les médias et les partis politiques ?

Pour être totalement indépendants, les médias devraient être autarciques…ne prendre l’information qu’en leur sein même…des journaux intimes en quelque sorte 😉

Pour être totalement indépendants, les partis politiques devraient s’autofinancer, ne se présenter qu’aux élections internes 😉

Un des paradoxes que nous avons à gérer au quotidien est l’écart entre l’indépendance, que nous réclamons tous à titre individuel, l’individualisme qui en découle, et les interdépendances, que nous sommes parfois obligés de subir, qui sont cependant sources de solidarité lorsque les relations sont équilibrées dans le corps social.

Un très bon site pour en savoir plus sur les interdépendances : http://www.interdependances.org/

Publicités

2 Responses

  1. Sophie dit :

    Bonjour,

    Je suis bien désolée mais je vais être obligée de nuances vos définitiond d’autonomie et d’indépendance qui ne sont pas dutout des synonymes, bien que les gens aient tendance à les confondre.

    L’indépendance est la capacité d’une personne à réaliser une tâche sans l’aide d’autrui mais sans forcément pouvoir la gérer.

    L’autonomie est la capacité de gestion, de libre choix.

    Une personne autonome n’est pas forcément indépendante et inversement.

    Vu que votre message figure dans les premières dans les pages de recherche de Google, lorsqu’on tape « autonomie indépendance », je me dit qu’il est important de pouvoir expliciter la nuance.

    Cordialement,
    Sophie.

  2. Pascal dit :

    Sophie, pourriez vous préciser la distinction de ces notions avec l’autarcie?

    Bien à vous,

    Pascal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Mon twitter

Archives

%d blogueurs aiment cette page :